dimanche 1 novembre 2015

Comment faire ? Seconde option

31

 Puisque le pire arrivera quoi que vous fassiez, préparez-vous à l’instant où il viendra frapper à votre porte et ayez mal d’avance.

 Entraînez-vous !


 Par exemple, lorsque vous prendrez rendez-vous chez le dentiste, focalisez-vous dès la soirée précédente (voire une partie de la nuit) sur la seconde exacte où la fraiseuse entrera en contact avec la partie sensible de votre dent cariée.

 Sursautez chaque fois que le téléphone sonne. Si l’on cherche à vous joindre, c’est forcément pour vous annoncer une mauvaise nouvelle, un parent renversé par un autobus ou le crash de toutes vos actions en bourse.

 Projetez-vous dans l’avenir.
 Non pas dans dix ou vingt ans mais à cet âge canonique où le simple fait d’aller pisser équivaudra à une sorte d’expédition (si vous n’avez pas la chance de connaitre cette épreuve, c’est que vous serez mort prématurément).

 Représentez-vous cette période âpre de l’existence où sitôt posé dans un fauteuil moelleux, vous ne pourrez plus en sortir. Ou alors en prenant appui des deux mains sur les accoudoirs en poussant de toutes vos forces comme s’il s’agissait de manœuvrer un sac de charbon de cent kilos.

 Lorsque vous ne serez plus en capacité de vous assumer, une étrangère viendra faire votre toilette. Elle aura des gestes brusques et toutes vos tentatives pour échanger quelques mots, établir un lien avec un embryon de chaleur humaine resteront vaines. Elle aura vite fait de vous envoyer aux pelotes sans même daigner vous regarder :
- Je n’ai pas de temps pour ça !
 D’une voix rogue, agacée. Elle ne vous aurait pas répondu autrement si vous lui aviez proposé la botte.

 Avoir mal d’avance, cela permet de ne jamais être surpris ni cueilli à froid. D’accord, ce sera dur mais au moins, vous savez à quoi vous en tenir.

 Evidemment, cela signifie aussi se pourrir délibérément la vie. Sans garantie que cela serve à grand chose.

 Finalement, le mieux est peut-être d’adopter une autre voie. La fameuse troisième option.
 Je continue à la chercher.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire